• Nicolaï

     

    bandeau visages_paysage

     

    Nicolaï : très certainement issus de Nicolas, déformé par le parlé de certaines régions...

    Nicolai : Variante corse (entre autres) de Nicolas (voir Nicolau).
    Nicola  : L'une des formes italiennes du prénom Nicolas, l'autre forme la plus répandue étant Nicolao. Avec pluriel de filiation : Nicoli, Niccoli, Nicolai (cette dernière variante étant très fréquente en Corse, variantes Nicolaj, Niccolai). Diminutifs et autres dérivés : Nicolazzi, Nicolello, Nicoletis, Nicoletta, Nicoletti, Nicoletto, Nicolino, Nicolini, Nicolletti, Niccoletti, Niccolini.Jean Tosti - Généanet

    Logo arbre jaune

    Nicolau, Nicolas : Nom de baptême très fréquent comme patronyme. Vient du grec Nicolaus (= victoire + peuple). La forme Nicolas est tantôt française, tantôt castillane.

    Acolas : Patronyme porté dans le Centre. Désigne le fils de Colas, aphérèse de Nicolas (= à Colas).

    Claes : Très courant en Belgique, c'est un diminutif formé par aphérèse sur le nom de baptême Nicolas (en flamand Niklaas). On trouve aussi la forme Claeys, qui correspond à la variante Niklaais de Niklaas.

    Claus : Variante de l'allemand Klaus, hypocoristique de Nicolas. Nom rencontré dans l'Est, notamment en Alsace.

    Close : Nom rencontré en Belgique. C'est un hypocoristique du nom de baptême Niklaus (= Nicolas), formé par aphérèse. Autres formes : Clos, Closse.

    Colas : Très fréquent dans de nombreuses régions, c'est un hypocoristique du nom de baptême Nicolas. Variante ou matronyme : Colasse (76, 59). Diminutifs : Colasseau (49, 86), Colasson (86, 41), Colassot (69).

    Colignon, Collignon : Diminutifs de Colin, Collin, eux-mêmes hypocoristiques de Nicolas. On les rencontre surtout en Lorraine.

    Colin, Collin : Un des nombreux hypocoristiques formés à partir du nom de baptême Nicolas. On trouve beaucoup de Collin dans la Haute-Marne et de Colin dans la Meurthe-et-Moselle.

    Colinot : Diminutif de Colin (hypocoristique de Nicolas) porté notamment dans l'Yonne et la Vienne, plus généralement en Bourgogne. Autres diminutifs voisins : Colineau (49, 17), Colineaux (56), Colinet (08), Coliniaux (78), Colino (25), Colinon (45, 89). On trouve toutes ces formes également avec deux l.

    Colland : Nom porté dans l'Oise. On trouve les variantes plus rares Colant dans le Nord et Colan en Normandie (76). A part un diminutif de Nicolas formé par aphérèse, je ne vois pas grand-chose. Eventuellement le participe présent du verbe coler (en ancien français = embrasser, donner l'accolade) mais ce n'est pas vraiment convaincant.

    Colle : Fréquent dans les Vosges et la Haute-Saône, c'est un hypocoristique de Nicolas, formé par aphérèse. Le sens est le même pour Collé, Collet.

    Colleoni : Nom d'origine italienne. Semble un nom de baptême composé, formé de Cola (= Nicolas) et de Leone (= Léon).

    Collet : Vraisemblablement un hypocoristique de Nicolas, formé par aphérèse. Le rapprochement avec col (aux deux sens principaux du terme) n'est cependant pas à exclure, mais paraît plus rare. C'est en Bretagne (22) que le nom est le plus répandu, mais on le trouve dans bien d'autres régions. Variante : Colet (88).

    Colleu : C'est un nom breton (Côtes-d'Armor notamment) dont l'étymologie demeure très incertaine. Le dictionnaire de M.T. Morlet en fait un hypocoristique du nom de baptême féminin Nicole (dans cette optique, je préfèrerais pour ma part Nicolas). Mais il y a d'autres solutions plus bretonnantes : d'abord une variante de Coléou, Colléou (= taurillon, nom de métier ou sobriquet). Ensuite une déformation de Kolen, un saint qui a donné son nom au village de Langolen (29). Ces deux dernières hypothèses sont proposées par A. Deshayes (Dictionnaire des noms de famille bretons).

    Colloud : Diminutif savoyard de Nicolas, formé par aphérèse. On trouve à la finale le suffixe diminutif -oud, typique de la région Rhône-Alpes.

    Colnel : Porté dans les Vosges, c'est une contraction de Colinel, diminutif de Colin (lui-même hypocoristique de Nicolas). On trouve dans le même secteur géographique et avec le même sens les noms Colnat, Colné, Colnet, Colney, Colnot (équivalents de Colinat, Colinet, Colinot).

    Colpin : Nom assez fréquent dans le Nord-Pas-de-Calais et en Belgique. C'est un diminutif du nom de baptême Nicolas, formé à la fois par aphérèse (Nicolas, Nicol > Col) et par suffixation (suffixe diminutif -epin).

    Colson : Patronyme fréquent en Lorraine (55, 54). On le trouve aussi sous les formes Colesson, Collesson (59), et c'est un hypocoristique du nom de baptême Nicolas.

    Coluche : Nom rare rencontré dans l'Aisne. C'est un dérivé par aphérèse du nom de baptême Nicolas. Précisons qu'il en est de même pour l'italien Colucci, à l'origine du nom de l'humoriste Coluche, fondateur des Restos du Cœur.

    Cools : Nom flamand. C'est un hypocoristique de Nicolas, formé par aphérèse, avec ajout d'un s marquant la filiation. Autre forme : Cool.

    Cot : Un nom fréquent dans le nord de la Catalogne, qui peut signifier pierre, rocher (latin cote), mais qui la plupart du temps est un diminutif par aphérèse de Nicolas (Nicot) ou de Jacques (Jacquot). Le nom se rencontre aussi dans l'Aveyron et le Puy-de-Dôme.

    Jean Tosti - Généanet

    « MacéParé »