• "Actes" originaux


    Lorraine écusson sur registreAu fil de nos recherches nous découvrons toujours des actes ou inscriptions n'ayant rien à voir avec les actes de registres d'état civil. Souvent les curés tenant ces registres se permettaient, pour notre plus grand bonheur, d'y ajouter des annotations concernant la météo (inondation, orage, foudre...), des visites sortant de l'ordinaire ou des faits plus anodins comme un prêt de livre, des détails de sommes dues ou à percevoir.

    Parfois il peut s'agir d'un acte de décès précisant les conditions dans lesquelles le défunt a trouvé une mort brutale, ou par maladie ou épidémie, ou encore lors d'un accouchement évidemment délicat !

    Toutes ces petites anecdotes nous donnent de brefs aperçus des événements heureux ou malheureux qui marquèrent la vie de nos ancêtres et de leur entourage, et nous permettent donc de leur donner un peu plus de consistance et de relief.

    Bonne découverte sur les traces de nos ancêtres...



    Logo arbre jaune


  • Cornillé-les-Caves, petit village angevin du Baugeois, pays de nos ancêtres 'Paré', reçoit la visite d'un italien, au soir du 10 novembre 1609. Il s'agit du Général de l'Ordre des Capucins, cardinal du saint Siège,

    Il est accompagné du responsable provincial du même ordre des Capucins, et de 5 autres personnes dont nous ignorons l'identité...

    Ce dernier "acte" de l'année 1609 extrait des registres paroissiaux de Cornillé-les-Caves est original tant par sa graphie que par les fioritures ajoutées par le curé de l'époque, Pierre Toisnault, qui fut inhumé le 14 juin 1621 à Cornillé(-les-Caves).

     
    [Sources BMS : ADML 49 - 5Mi1213-1539 vue 128/130]
     
    Cornillé 1609

  •  

    Nous partons cette fois dans le sud de la Meuse.

    Louis XIV - demi écu 1693À Ménil-la-Horgne, en 1693 et 1694, le curé MILLO s'inquiète-t-il plus du prix des céréales que de celui du vin (de messe) ? La question reste posée.

    Curieusement sur la même page du registre des Baptêmes-Mariages et Sépultures de 1694, un libraire de Commercy (située à 8 km au nord-est de Ménil), nommé ESSELIN, nous communique les prix du blé et du vin, mais pour les années 1816 à 1818... Sans doute un chercheur ou un érudit qui souhaitait laisser une trace de son passage à Ménil-la-Horgne.

    Heureusement que tous les généalogistes se retiennent d'en faire autant . Mais ne boudons pas notre plaisir de découvrir de tels écrits qui nous livrent quelques tranches de vie de nos ancêtres...

    Notons cependant qu' il reste difficile de comparer les écus et les francs sur une si longue période de plus de 120 ans... Quant à rapprocher la mesure de Bar, la queue et le bichet de blé avec la pièce de vin et le boisseau de Commercy, seul un spécialiste réussira sans doute une telle gymnastique intellectuelle...

    Précisons quand même, d'après nos recherches, qu'un bichet de blé ras de Toul (ville situé à une trentaine de km à l'est de Ménil) valait 0,947 hectolitre. Et pour les liquides, la mesure de Lorraine équivalait à 0,440 hectolitre.

     Ménil-la-Horgne 1693 & 1816

     


  • Nous partons cette fois en Corrèze, à Lamazière-Basse, berceaux de nos ancêtres Badour.

    Le 16 septembre 1685, un jeune noble allemand, originaire de Hambourg*, Eustache Lewemhusen, âgé de 33 ans, écuyer, abjure sa foi protestante: "a fait abjuration de l'hérésie de Luther" ..."de sa bonne volonté et sans aucune contrainte !..." en présence du seigneur de Chambon, messire Charles de Fontanges et de deux représentants de l'Église catholique, Annet Valibus, prêtre et Étienne Jaubert, vicaire. Tous deux affectés à la paroisse de Lamazière-Basse.

    Avec l'accord de " l'illustrissime et révérendissime évêque de Limoge" le prêtre semble heureux d'absoudre le sieur Eustache Lewemhusen de "l'hérésie"...

    A cette époque il était risqué pour un protestant, de surcroît étranger de se promener sur les routes du royaume de France... Et surtout dans cette région ! En effet, environ 300000 Huguenots**, Français protestants, en conflit avec les catholiques pendant les guerres de religion ont quitté la France suite aux dragonnades et à la révocation de l’édit de Nantes le 18 octobre 1685, soit un mois après cette abjuration...

    * Cette "ville impériale d'Ambourg dans la basse Saxe" n'est autre que l'actuelle ville de Hambourg formant à elle seule un état (land) totalement indépendant de celui de la Basse-Saxe voisin.

    ** Le mot Huguenot attribué dès la seconde moitié du XVI e siècle en Touraine, vient de l'allemand eidgnosse (le confédéré), sobriquet attribué aux partisans de la Réforme des cantons suisses, et résistants à la maison de Savoie dans les années 1520, 1530.

    Abjuration en 1685





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique